Le cryptage sécurisé de iMessage ne plait pas à la DEA et au FBI

Écrit par aDy. Posté dans Actualités

Depuis la disponibilité de iOS 5 le 12 octobre 2011, iMessage le fameux service de messagerie gratuit sécurisé d’Apple qui permet d’envoyer des messages textes, photos et vidéos, est devenu un incontournable dans la communauté des utilisateurs iOS et Mac OS X. Seulement, le cryptage utilisé pour l’échange des données est quasiment inviolable ce qui pose des problèmes à certaines administrations américaines…

iMessage : cryptage données DEA/FBI

La DEA (Drug Enforcement Administration), service de police fédéral américain en charge de la mise en place des applications de loi sur les trafics de stupéfiants, ne peut pas accéder aux contenus de ces messages bien trop cryptés, surtout si ces derniers ont été échangés entre deux appareils de la pomme. Néanmoins il serait possible de récupérer une partie du contenu si l’échange se fait entre un appareil Apple et un d’une autre marque.

Logo DEA : Drug Enforcement AdministrationCnet USA qui a pu mettre la main sur un document en provenance directe de la DEA, nous stipule ce 4 avril 2013 que iMessage serait tellement sécurisé que les méthodes traditionnelles de contrôles d’échanges (SMS, mails, …) seraient inefficaces. Seulement l’agence de lutte contre le trafic et la consommation de drogues des États-Unis se heurte à un problème de taille : la loi oblige les opérateurs téléphoniques de permettre aux organismes gouvernementaux d’accéder à ses données, mais vu que les données de iMessage transitent par les serveurs d’Apple, il n’est pas possible sauf par réquisition judiciaire d’accéder à ses données, car évidemment Apple n’est pas un opérateur mobile.

Le FBI en collaboration avec la DEA, seraient déjà en train d’étudier une manière de modifier la législation en place actuellement (notamment la loi CALEA qui vise à élargir les possibilités d’interception des communications), afin de pouvoir à terme théoriquement accéder à environ 2 milliards de messages envoyés chaque jour par le biais de iMessage (données fournies par Apple en janvier 2013 dernier). Son directeur Robert Mueller, surnomme ce problème “Going Dark” et demande depuis mai 2012 aux entreprises du web de ne faire aucune opposition à la création d’une loi qui permettrait de procéder à l’écoute ou à la surveillance de données transitant via les fournisseurs de VOIP, réseaux sociaux, et autres systèmes de messagerie.

Source : Cnet USA

Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

A propos de l'auteur : aDy

Passionné depuis plusieurs années du monde Apple et des nouvelles technologies en général, je suis l'éditeur de Generation Apple. J'aime faire découvrir et partager mes dernières trouvailles du web et autres geekeries. Je suis à votre disposition pour toutes questions ou suggestions liées à la vie du blog. J'attache beaucoup d'importance aux besoins de nos lecteurs, donc n'hésitez pas à nous contacter si besoin !

Laisser un commentaire